Deux ans de polyamour : un bilan nécessaire

Ces deux dernières années ont été un peu chargées au niveau émotionnel et affectif .Le polyamour est une sacrée aventure (avec ses hauts et ses bas).

J’ai mis beaucoup de choses en place, en tant que personne traumatisée, pour gérer le polyamour de la façon la plus saine et éthique possible. Évidemment, je ne suis pas un gourou et il y a eu beaucoup de fails au niveau de la communication. Chacun·e vient avec son propre bagage émotionnel, ce qui n’est pas toujours facile à gérer. Et je le rappelle : je suis une personne avec un gros truc à gérer en back-ground.

Alors comment je m’en sors dans tout ce bordel d’émotions contradictoires et conflictuelles ?

Je lis beaucoup, je parle beaucoup avec des personnes concernées par les mêmes thématiques que les miennes et ça me soulage petit à petit.

Récemment, nous avons eu un gremlins à la maison (que je nommerais O.) et cette personne m’a beaucoup fait penser à ce que j’ai été il y a dix ans de cela. Le trauma et le polyamour sont des thématiques complexes, des bacs verseurs qui ne demandant qu’à être réorganisés. Parce que je pense que si on y met l’énergie et la motivation nécessaire, il est possible de se déconstruire et d’avancer vers des communications plus saines.

Et là, tu me demandes : quel est ton secret, Mar ? Toi, qui a été une personne lapidée à de multiples reprises, qui a vu que l’affection était quelque chose qui crame, comment arrives-tu à te poser et à prendre le temps de te poser les bonnes questions ? (sans avoir les signaux d’alerte en mode « IL SE PASSE QUELQUE CHOSE » dans ta tête h24)

Et bien, il n’y a pas de secrets, mes bons amis. J’ai lu (beaucoup), j’ai essayé de sortir de ma zone de confort pour essayer de bâtir quelque chose de sécurisant, dont les fondations tremblent parfois lorsqu’un coup de vent menace de souffler un peu trop fort, et j’essaye de m’entourer de choses qui ont une symbolique forte.

Quelques petits tips entre bons z’amis, si cela te parle (je suis de la team « chacun trouve midi à sa porte ») :

Ma Chattoune (avec laquelle je suis depuis deux ans) me dit presque tous les soirs au moment de me souhaiter une bonne nuit « tu es aimé et en sécurité »

Mon barde elfique (qui n’est pas très présent sur les réseaux) a accepté de me laisser un doudou : son tee-shirt Iron-Maiden qui me rappelle que s’il n’est pas là, son affection reste à mes côtés

— Le même barde elfique a des conflits internes en termes de masculinité, quelque chose qu’il est parfois difficile à vocaliser. Je lui ai donc proposé un compromis : au lieu de dire des mots trop lourds de signification, partager un truc qui représente quelque chose rien qu’à nos yeux. Et le meilleur, c’est que ça fonctionne (pour nous, c’est « je te Marx » — parce que partager son capital affectif, c’est bien)

Mon Safyr d’amour, GodSavetheQueer sur les internet, qui essaye d’aller au-delà de ses propres insécurités en me disant les choses directement lorsqu’il se sent un peu mal à l’aise

Je sais que les conflits, c’est pas évident à gérer mais on peut tous comme on peut :3 et il existe des stratégies à mettre en place pour avoir une communication plus saine.

Et surtout, surtout, prenez soin de vous (et si vous avez d’autres tips pour un polyamour bienveillant, hésitez pas à les partager en commentaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :